You are here

Le moulin à papier Barber

 

Le moulin à papier Barber, 99, promenade River, Halton Hills, Georgetown (Ontario) – SITE DU PATRIMOINE INDUSTRIEL MENACÉ PAR UNE IMPASSE ENTRE LES INTERVENANTS

Pourquoi c’est important

          Photo par Patrick Cummins

Le moulin Barber a été construit en 1854 sur les rives de la rivière Credit à Georgetown. Il est un rare exemple des complexes industriels d’avant la Confédération. Exploité par la famille Barber – éminents industriels du Canada-Ouest –, il est devenu la plus grande usine du comté de Halton. Des centaines de travailleurs des environs y œuvraient. Le complexe fait partie de l’histoire aussi bien de la fabrication de papier au Canada que des débuts de l’hydroélectricité.

Le moulin fabriquait du papier à l’origine avec des chiffons de coton et autres linges, puis pendant presque 10 ans avec de la paille d’avoine, de blé et de seigle, et enfin avec de la pâte de bois à partir de 1869. Il a produit principalement du papier à livre fini machine, du papier lithographique, du papier à étiquettes, des couvertures, des affiches en couleur et du papier journal de qualité supérieure. Il fournissait du papier partout au Canada jusqu’en 1948.

Environ 3 km en aval se trouvent les ruines de pierre de la génératrice Barber, remarquable innovation datant de 1888. Elle aurait été la première centrale électrique en Amérique du Nord alimentant une usine distante.

En 2008, le complexe de 13 acres a été désigné en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

La menace

Photo par Gregory Roberts, sous licence CC BY-NC-SA 2.0

Depuis 2010, la localité de Halton Hills, l’Office de protection de la nature de la vallée de la Credit et le propriétaire/promoteur Everlast Group Ltd. ne sont pas parvenus à s’entendre sur un plan viable qui assurerait la réutilisation adaptée et l’aménagement polyvalent du site du moulin Barber. Les questions non résolues concernent la remise en état des murs et l’assainissement d’une zone contaminée, ainsi que le plan directeur et les modifications au zonage qui permettraient un nouveau projet tout en respectant le caractère patrimonial du site.

 

Les bâtiments sont en voie d’être démolis par négligence, exposés aux animaux sauvages, à la météo, au vandalisme et à des incendies criminels. En 2012, la municipalité a invoqué son règlement sur l’entretien des propriétés pour exiger un nettoyage et le clôturage du site.

Elle a par la suite approuvé la démolition partielle de certains des bâtiments.

La situation actuelle

La section de Halton Hills de l’Architectural Conservancy of Ontario a lancé un effort concerté pour conserver le site de l’usine Barber. La municipalité a adopté un plan directeur culturel qui décrit l’usine comme « un bijou du patrimoine et une ressource à protéger, à préserver et à mettre en valeur comme ressource communautaire ». Il fixe comme condition à son réaménagement « la préservation des ruines et l’interprétation de ce qui est un important bien public ».

Le groupe Everlast propose un hôtel de 44 chambres, 50 000 pieds carrés de magasins et un immeuble de 240 condos sur 14 étages. Son projet est en suspens. Le site aurait été mis en vente au prix de 5 millions de dollars.