Immeuble Lister, Hamilton (Ontario)—SAUVÉE

La proposition de réaménagement de l’immeuble Lister accuse au moins six mois de retard, aussi peut-on craindre que le plus ancien complexe commercial de Hamilton, avec sa grande arcade intérieure et ses ouvrages exemplaires en terracotta décorative, finisse malgré tout par être démoli.
Depuis presque 15 ans, le monument de six étages du centre-ville, qui date de 1913, est demeuré à l’abandon. En conséquence, il est aujourd’hui gravement détérioré.

L’immeuble Lister a été décrit comme un symbole de tout ce qui a mal tourné dans le centre-ville de Hamilton. Il a souffert d’abus de la part de ses propriétaires et de négligence de la part de la municipalité, scénario fréquent partout au pays.

En mai dernier, un bail de 15 ans et 30 millions de dollars a été approuvé par le conseil municipal, assurant un locataire au Lister. Selon l’Union internationale des journaliers d’Amérique du Nord (UIJAN), propriétaire des lieux depuis 1999, c’est l’absence d’un locataire « triple A » qui avait retardé l’aménagement de l’immeuble puisque les établissements financiers tenaient à cette garantie. (En 2000, un plan de revitalisation a échoué lorsque Ottawa a choisi de construire un nouvel immeuble au lieu d’utiliser le Lister).

Selon le conseiller municipal Bob Bratina, le bail conclu avec l’UIJAN exige que le promoteur préserve l’immeuble. Un représentant de l’UIJAN a toutefois affirmé qu’aucun bail officiel n’a été signé et qu’il n’a jamais déclaré que l’immeuble serait préservé.

Cette histoire est malheureusement familière : le propriétaire n’entretient pas un immeuble, qui dépérit graduellement; les impôts fonciers ne sont pas payés; la ville n’applique pas ses règlements municipaux; et le financement d’améliorations dépend de la présence d’un locataire garanti.

Cet actif potentiel sera-t-il réduit au rang de passif?