You are here

La fondation Héritage Canada dévoile le palmarès de 2008 des dix sites les plus menacés et la liste des grandes pertes

OTTAWA (ONTARIO), le 30 avril 2008 – La fondation Héritage Canada (FHC) a rendu public son palmarès des dix sites les plus menacés et la liste des grandes pertes mettant ainsi en évidence un total de 20 monuments architecturaux et patrimoniaux canadiens menacés de démolition ou déjà disparus.

Le palmarès des dix sites les plus menacés, établi d’après les mises en candidatures reçues et les nouveaux dossiers que la FHC suit de près et dont elle a rendu compte tout au long de l’année, inclut :

  • L’hôpital Riverdale de Toronto, un monument moderne bien préservé en route vers la décharge
  • Le restaurant Ben’s Delicatessen de Montréal —un lieu mythique—voué à la décharge
  • L’aéroport international de Winnipeg, un magnifique terminal moderne construit au milieu du siècle regorgeant d’œuvres d’art se dirige à l’enfouissement
  • L’ancienne gare des chemins de fer Grand Tronc de Kingston, la gare construite en 1856 en pierre calcaire est dans une condition critique
  • L’église St. Patrick de Halifax, victime de la réduction des effectifs de la congrégation
  • La rotonde ferroviaire de Biggar en Saskatchewan, la dernière rotonde des Prairies sur le point d’être démolie
  • La maison Alexander Bridge de Bonavista à Terre-Neuve—la plus vieille maison de la province – est en train de se désagréger
  • L’église Holy Cross de Skatin en Colombie-Britannique, un Lieu historique national connu comme étant la « cathédrale au cœur de la nature » recherche désespérément du financement pour sa survie
  • La prison de la rue Winter, la plus vieille construction en pierre de Sherbrooke au Québec s’écroule derrière les barreaux.
  • La vieille église St. Patrick—la plus vieille église catholique de Calgary – laissée aux vandales

 

Cliquez documentation pour plus de renseignements et des photos.

À la tête de la liste des grandes pertes trône le Manège militaire de Québec, sacrifié au feu en avril. Les exemples de lieux historiques détruits par le boulet de démolition sont nombreux : Toronto vient en bonne place avec le siège social des Chaussures Bata, une icône du design moderne, et le Walnut Hall, autrefois élégantes, ces maisons en rangée de style géorgien se sont écroulées dans la rue victimes de négligence chronique.

Ailleurs en Ontario, l’édifice Seagraves de Windsor datant de 1905, un édifice industriel patrimonial s’est retrouvé à l’enfouissement en raison d’une méprise de la part du bureau des permis, et l’édifice Balfour, un édifice historique de Hamilton qui faisait partie de l’immeuble Lister, s’est effondré.
Du côté ouest, Vancouver a vu la remarquable maison Graham disparaître sous le pic des démolisseurs – une des premières œuvres du grand architecte canadien Arthur Erickson; pour sa part, Edmonton a été témoin de la disparition d’un sanctuaire moderne érigé au milieu du siècle, le Central Pentecostal Tabernacle; puis à Saskatoon, le bâtiment de la Légion a été démoli au nom du progrès.

Au même moment dans les Maritimes, à Kentville (Nouvelle-Écosse), un exemple unique de rotonde du Dominion Atlantic Railway était démolie au profit d’un nouveau projet d’aménagement; enfin à Rothesay (Nouveau-Brunswick) le site de l’église Our Lady of Perpetual Help faisait place à un stationnement.

Cliquez la liste des grandes pertes pour plus de renseignements.

À peine une poignée de causes profondes – au nombre desquelles figure le statut du Canada en tant que seul pays du G8 à ne pas être doté d’un système national d’incitatifs et de lois liés au patrimoine – sont responsables de ces pertes et des menaces qui planent sur les sites.

Pour une mise à jour des palmarès des dix sites les plus menacés déjà publiés, cliquez mise à jour.

La fondation Héritage Canada est un organisme de bienfaisance national qui regroupe des membres et qui a pour mandat de promouvoir la préservation des lieux historiques du Canada.

Pour plus amples renseignements :
Carolyn Quinn, directrice des communications, cquinn@heritagecanada.org
Téléphone : 613-237-1066 poste 229; cellulaire : 613-797-7206